« Quand le moi apparaît, le Parfait disparaît »

L’Anonyme de Francfort (XIV ème siècle)